________________________________

LA LIBRERIA PICCOLOMINI
________________________________


Il ne s'agit pas du Palazzo Piccolomini : la Libreria est une annexe du Duomo, fondée en 1495 par le cardinal Francesco Piccolomini Todeschini, le futur PIE III (qui régna 25 jours en 1503), pour conserver la bibliothèque de son oncle PIE II.
La famille siennoise Piccolomini fut aussi illustrée par des humanistes au XVIè siècle, Alessandro et Francesco.

Les fresques qui décorent cette grande salle rectangulaire et lumineuse, joie des photographes et des amateurs de Renaissance, ont été réalisées dans les années 1505-1505 par le Pinturicchio. Les photos sont de Fabrice Rousseau (sauf exceptions marquées *)

Plafond___d_dicace_Pie_III___Pie_II   
L'extrordinaire plafond de la bibliothèque


Qui était donc Pie II ?

Ces fresques sont très colorées et pleines d'intérêt documentaire. Elles narrent la vie du pape Pie II, alias Eneas Silvio Piccolomini (1405-1464). Ce poète et humaniste (Enée !) entra dans les ordres en 1446 après avoir été au service, en Italie et hors d'Italie, d'un poignée d'évêques, d'un antipape et d'un empereur. Devenu Pie II en 1458 il prêcha à Mantoue une croisade contre les Turcs. Sa ville natale, non pas Sienne mais Corsignano, fut son son pontificat remaniée en ville-modèle et rebaptisée : Pienza.

Revenons en 1431. À cette date, un cardinal le prit comme secrétaire pour aller au concile de Bâle. Félix V lui donna le même emploi. En 1442 il passa au service de l'empereur Frédéric qui l'envoya ambassadeur à Rome, à Naples, à Milan, en Bohême. Le pape Eugène IV le prit à son service. Nicolas V lui conféra l'évêché de Trieste puis celui de Sienne. Calixte III en fit un cardinal. Puis le 14 août 1458 il fut élu pape dans un contexte religieux apaisé par la fin du Grand Schisme d'Occident. Mais, dix ans après la prise de Constantinople par les Turcs, il lança l'appel à une nouvelle croisade dont il voulait prendre la tête. Il avait réuni pour cette expédition 50.000 écus d'or. Arrivé à Ancône, atteint par une "fièvre", il y mourut le 14 août 1464.

L'Italie recevait à cette époque de nombreux érudits venus de Grèce, fuyant les Turcs. Lui-même, outre des ouvrages religieux, commit une "Histoire des Bohémiens", des "Mémoires" et un roman en vers, Euryale et Lucrèce, traduit et publié à Paris, vers 1500, par Octavien de Saint-Gelais et caractérisé —paraît-il— par l'abus des allusions mythologiques.


Les fresques du Pinturicchio


Suite à un premier contrat avec le cardinal Francesco Piccolomini, Bernardino di Betto dit le "Pinturicchio", né à Pérouse en 1454, a conçu le décor du plafond en 1502 et ses élèves l'ont réalisé. Après la mort de Pie III en novembre 1503, un nouveau contrat fut conclu, avec un frère du défunt pape et le Pinturicchio réalisa ainsi entre 1505 et 1507 les dix épisodes de ces fresques murales. Les fresques démarrent avec l'arrivée d'Énée Silvio Piccolomini au concile de Bâle jusqu'au moment où, devenu Pie II, il reçoit au port d'Ancône les galères des croisés.

C_t__Gauche
Vue du côté gauche

1 - Le départ pour le concile de Bâle

Croisade_contre_les_Turcs

Embauché comme secrétaire du cardinal Domenico Capranica, qu'on reconnaît à la couleur de sa tenue, Énée entame ici sa carrière diplomatique en allant participer au concile de Bâle. On admire le cheval blanc du premier plan qui porte notre héros. La scène se passe sans doute au petit port de Talamone, au large on aperçoit l'île de Giglio.


2 - Enée Piccolomini et le concile de Bâle

Concile_de_B_le

Piccolomini est chargé d'organiser le concile de Bâle, il se rend auprès de Jacques Ier, roi d'Écosse, pour obtenir son soutien contre le roi de France Charles VII. Pour le Pinturicchio, ce n'est pas un sujet folichon : aussi le paysage arboré en arrière-plan est-il particulièrement soigné.


3 - Énée Piccolomoni est couronné poète par Frédéric III

À cette époque Énée Silvio Piccolomini est officiellement le légat de l'antipape Félix V auprès de l'empereur Frédéric III.


L_gat_de_F_lix_V_aupr_s_de_empr_Fr_d_ric

La scène est marquée par l'opposition entre l'étrange palais vide à l'arrière-plan et l'assistance de la cérémonie. On note les beaux pages du premier plan !


4 - Il fait acte de soumission à Eugène IV

Pape_et_cardinaux

L'empereur a chargé Piccolomini de rétablir de bonnes relations entre l'Empire et le Saint-Siège ; aussi la scène montre Piccolomini reçu par Eugène IV et lui baisant les pieds. L'épisode n'est pas très intéressant du point de vue esthétique ; l'image est alourdie par la perspective, notamment avec cette espèce de plafond à caissons.


5 - La rencontre de Frédéric III et d'Éléonore d'Aragon

Avec_l_empereur_Fr_d_ric

Jusqu'à présent, dans ces fresques, on pouvait noter un lourd déficit d'images féminines. En voici une relative compensation. Le mariage princier a été préparé par Énée Piccolomini. La rencontre a lieu Porte Camollia par où l'on arrivait à Sienne en venant de Florence. Le peintre en fait le prétexte à une "veduta" où l'on peut reconnaître le Duomo, avec sa tour et sa coupole :

porte_Camollia(*)

Au centre la colonne commémorative représente les armoiries des époux.


6 - Énée Piccolomini reçoit le chapeau de cardinal

DSC_0157_1

Entre nous, il l'a bien mérité ! On est en 1456, c'est le pape Calixte III qui est le successeur de Pierre. Dans cette fresque, le fond à dominante foncée contribue à mettre en valeur les nombreux personnages. Et, art subtil, le tableau dans le tableau ! Une madonne entre deux saints.

7 - Énéo Piccolomini est couronné Pape sous le nom de Pie II

023(*)

Le nouveau pape est sous le baldaquin aux armes de la famille Piccolomini. La foule est compacte. La scène doit se passer à la basilique du Latran.

8 - L'assemblée de Mantoue où Pie II prêche la croisade

Pie_II_et_Ludovic_de_M_bis

La scène de Mantoue est très intéressante : avec cette assemblée sous des arcades, en vue d'un beau paysage, c'est presque une partie de campagne. On peut admirer la diversité des attitudes des personnages présents. On ne dirait pas que l'heure est grave car le Turc menace la chrétienté (des nuages dans le ciel aussi).
Au premier plan, les secrétaires chargés des documents administratifs constituent une remarquable
série de têtes.

9 - La canonisation de Catherine de Sienne

Pie_II_et_Catherine_de_Sienne_0160_1

La scène date du 29 juin 1461. On voit la dépouille de la sainte dont la maison natale est toujours visible à Sienne. Selon certaine légende, le personnage en bas à gauche serait Raphaël Sanzio...


10 - Pie II à Ancône pour le départ de la croisade

Contre_les_Turcs_0159_1

Selon les spécialistes, le personnage agenouillé à gauche est le doge Cristoforo Moro, en face de lui figure le prince de Samos, Hassan Zaccaria. À droite, Calepino Bajazet, dit "il Turchetto", élégant otage du Pape.
Le scène se tient donc à Ancône, qu'on voit au loin. Pie II y arrive le 18 juin, il tombe malade et meurt peu après, le 15 août 1464.

—————————


Outre ces dix tableaux représentant "les faits les plus mémorables de la vie de Pie II", le Pinturicchio en fit un onzième, Le Couronnement de Pie III, situé à l'extérieur de la Libreria.

Pie_III__lu_en_1503

Le Pinturicchio mourut à Sienne le 11 décembre 1513. Il y avait réalisé son chef-d'œuvre, malgré l'absence de ces beaux portraits féminins qui sont si souvent la base de la notoriété des artistes du Cinquecento !



Pour compléter :

Site de Frida De Salve (textes anglais et italien) et photos de B.Balestrini (les dix épisodes et des agrandissements)