___________________________________________

LES FRESQUES DE PISE :  LE CAMPO SANTO
___________________________________________



Pise !? Il n'y a pas que la Tour penchée, le Duomo et le Baptistère !
Le Campo Santo est certes beaucoup moins visité que ces monuments.

En 1203, à l'initiative de l'évêque Ubaldo, une cinquantaine de navires avaient ramené de Palestine la Terre Sainte du Golgotha pour aménager ce "Champ des Miracles" : on lui prêtait la vertu de transforer les morts en squelettes en 24 heures. À l'intérieur d'un espace organisé comme un vaste cloître gothique, les Pisans avaient édifié vers la fin du XIIIè siècle un cimetière rectangulaire grandiose pour regrouper les tombes au lieu de les disperser autour du Duomo comme c'était le cas depuis le siècle précédent, ainsi que des sarcophages antiques et des sépultures de notables pisans. Pour orner les galeries construites par Giovanni di Simone, les Pisans commandèrent des fresques sur les murs extérieurs. Des statues y ont aussi été regroupées, comme celle du célèbre mathématicien Fibonacci.

Campo_DSCN1642
État actuel du Campo Santo

Les bombardements alliés de l'été 1944 ont détruit une partie du monument en provoquant l'incendie de la toiture recouverte de plomb.

Campo_apr_s_bombardement campo_santo_d_but_travaux
Photographies prises par des officiers de l'armée américaine en 1945
lors de l'estimation des dégâts collatéraux (Base de données de l'université de Yale)
L'image de gauche montre la structure du Campo Santo.
Celle de droite montre le début de reconstruction du toit.


De nombreuses fresques, célèbres ou non, ont disparu, particulièrement celles de Benozzo Gozzoli. On sait aussi que Spinello Aretino (1330-1410 env.) y peignait six fresques, dont restent des fragments sur le Mur Sud du Campo Santo, représentant les miracles de Potitus et d'Ephesus — pour ces travaux il reçut 270 florins.
Mais les plus importantes fresques rescapées de cet incendie de 1944 forment le celèbre ensemble appelé "le Triomphe de la Mort".


• LES FRESQUES DISPERSÉES DANS LES GALERIES

Des fresques dues à Benozzo Gozzoli (1420-1497) ornent la Galerie méridionale. Il est surtout connu pour les œuvres commandées par les Médicis (Palazzo Medici-Picciardi à Florence), par les fresques du chœur de Sant'Agostino à San Gimignano où il a aussi participé aux fresques de la “Collegiata”.

Ici, le cycle de fresques s'inspire de l'Ancien testament, depuis la Genèse jusqu'à la visite de la reine de Saba. L'incendie de 1944 a épargné peu de choses. J'ai photographié ce qui m'a paru le plus important.
J'en ai accentué le contraste et la saturation des couleurs.

BENOZZO_1

Fresque de B. Gozzoli


BENOZZO_2

Fresque de B. Gozzoli.



• LE "TRIOMPHE DE LA MORT"

La Grande Peste s'abattit sur la Toscane en 1348 et une grande partie de la population périt. Épidémies, famines et guerres ont également sévi à cette époque. Le "Triomphe de la Mort" est l'appellation que l'on a donnée à cet ensemble de fresques aujourd'hui disposé sur trois murs d'une vaste salle. Le choc de la peste serait la raison de cette commande pour le Campo Santo.

triomphe_mort_entier

Mais l'auteur de ces fresques est, semble-t-il, encore inconnu. On a sans doute travaillé à ces vastes fresques dans les années 1350-1360. Les spécialistes ont cherché à attribuer ces œuvres à divers peintres. D'abord à Francesco Traini qui a été actif à Pise dans ces années. Toutefois depuis un essai de Luciano Bellosi publié en 1974 on considère plutôt que leur auteur serait Buonamico Buffalmacco dont on connaît l'activité à Pise dans la période 1315-1336 ; en conséquence cela pourrait signifier que "Le Triomphe de la Mort" aurait été réalisé avant 1348 alors que l'interprétation habituelle consiste à y voir une conséquence artistique de la Grande Peste. Par ailleurs le Jugement Dernier a été attribué à Andrea di Cione dit l'Orcagna, artiste actif entre 1344 et 1368.


Vie d'ensemble des fresques

Mur de gauche :
Le Triomphe de la Mort -proprement dit- est constitué par un groupe d'une dizaine de cavaliers dont quelques femmes, qui regarde trois cercueils ouverts avec leurs morts. «Les uns manifestent de l'effroi, d'autres de la sérénité ; les sentiments des personnes sont parfaitement exprimés, sans emphase mais avec un sens du tragique d'une grande puissance » dit le Guide bleu "Toscane". Le Triomphe de la Mort est complété (en haut à gauche) par la Vie des Pères dans le Désert, et par le Combat des Anges et des Démons, enfin en bas à droite un groupe de jeunes seigneurs insouciants avec des musiciens.

DSCN1641
Mur de gauche

Mur du fond - Mur de droite:
Au fond, le Jugement dernier est bien mieux conservé que la partie droite, peu utilisable.

DSCN1640
Mur du fond (Le jugement dernier) et Mur de droite (Ascension, etc)

campo_santo__jugement_dernier

Le Jugement dernier

Quelques détails

TM_Tombes___DSC_0122
Un groupe de cavaliers devant les tombes ouvertes

Cavaliers_DSC_0133

Zoom sur les cavaliers



Enfer___2___DSC_0129
L'Enfer

damn_s___DSC_0127
Les Damnés



Th_ba_de___DSC_0123
Un groupe insouciant : jeunes seigneurs et musiciens

Dieu_et_Diable
Dieu et Diable

St_Michel__DSC_0125
Un Ange très exterminateur
(détail du Jugement Dernier)

Ermites
Et enfin des ermites

-




D'autres photographies des fresques du Campo Santo à consulter à :

http://commons.wikimedia.org/wiki/Camposanto_di_Pisa